Le style Nerthe

En 1782, Darluc, dans son « Histoire de Provence », écrit : « Les meilleurs vins se récoltent dans le clos de la Nerthe (…) Ils ont du velouté et de l’agrément, le moment de les boire dans leur parfaite maturité est lorsqu’ils ont trois ou quatre ans ».

En 1860, la description des usages locaux révèle l’éraflage systématique, le foulage et une cuvaison de 15 à 18 jours (pratique toujours en vigueur à la Nerthe). A cette époque, le vin de la Nerthe est décrit ainsi : « Une belle robe, une grande finesse, de la fraîcheur, une saveur légèrement âpre et un bouquet très prononcé ».

De nos jours, les raisins récoltés à pleine maturité atteignent très tôt leurs qualités optimales tant pour la matière colorante que pour les tanins. Il en résulte des vins complexes et très équilibrés, où l'alcool, relativement modéré, n'apparaît pas à la dégustation.

L'éraflage est toujours utilisé pour les cépages rouges, et les cuvaisons ne dépassent pas 18 jours.

La vinification des différents cépages en co-fermentation dans la même cuve, pratique déjà utilisée dans l'ancien temps, permet de commencer très tôt le mariage des aromes de ces cépages, et donc d'aller dans le sens de la complexité qui a toujours caractérisé les vins de La Nerthe.

A partir du millésime 2000, les vins du Château La Nerthe ont été mis en bouteilles dans notre propre bouteille afin de porter encore plus haut notre recherche d'identité.

Visitez le site du Château de la Nerte Visitez le site du Domaine de la Renjarde Visitez le site du Prieuré de Montézargues